translation

EnglishespañolItalianoDeutschNederlandsالعربيةRussePortugaisελληνικάJaponaisChinoisCoréenTurcсрпскиPolskiDanskeSuomenSvenska

La porte du coeur cosmique (la demeure de Dieu)


Blog pour promouvoir un mouvement interactif dans le cadre du travail de synthèse, présenté dans le site Pangeosis.
Le travail de synthèse est conçu pour libérer la conscience collective.Il est basé sur la connaissance et la maîtrise de l'énergie universelle.
Il concerne chaque être humain et sa capacité de répondre à cet appel (respons-h-abilité)
Il fait appel spécialement au leaders: politiques, sociaux, économiques, professionnels, scientifiques, éducatifs et sanitaires et spirituels et religieux.
Le vrai guide spirituel conduit ses hôtes jusqu'au sommet de la plus haute montagne blanche de lumière où s'ouvre la vision panoramique dans tous les sens, comme reflet de l'univers. Beaucoup de guides gardent leurs adeptes dans les refuges des limites de leur vision bien qu'elles ne sont que les marches de l'ascension vers la vision du sommet.

A consulter:

Dans le blog de l'école universelle de la vie:
2016 À la porte de la Grande Transition

04/09/2013

Complément des réflexions sur le 15 août 2013 partie 2.3

Notre voyage à Paris nous a aiguisé la question : dans quel monde vivons-nous ? 
Nous constatons que la  situation mondiale et la survie de l’être humain deviennent chaque jour plus critiques puisque il semble que nous ne pouvons pas prévoir clairement les conséquences de nos actes ni sur l’harmonie de l’ensemble de notre environnement, ni sur long terme. Le sérieux de la situation ne semble guère inquiéter en concret et est au moins largement sous-estimé. Cela nous donne l’impression de vivre dans un monde irréel, qui ne correspond pas à notre vérité intérieure.
Nous sommes encadrés par un monde de pensées, imposées par un ordre maintenu par une minorité de personnes. Cette ordre est accepté comme légitime et donc a l’étiquette de « véridique » du seul fait que ces personnes soient considérées comme des « élus », d’une ou autre façon.
Ces élus arrivent à maintenir apparemment la masse des gens dans l’ordre légitime par un comportement de convenances automatiques et d’évidences « sacrées », qu’on n’a pas le droit à mettre en question. D’ailleurs, combattre cet ordre établi n’a pas de sens puisqu’il repose sur le poids aveugle d’une masse relativement inconscient. C’est justement ce poids aveugle qui pousse à y échapper et à faire autrement puisque c’est la seule façon pacifique pour créer les nouvelles racines d’un ordre nouveau plus juste.
Pourquoi nous ne le voyons pas ?
Nous pensons et nous regardons le monde comme des enfants « divins ». Nous nous identifions à toutes sortes des modèles établis et surtout aux modèles de la réussite : les «  stars » du jetset avec leur lumière éphémère de « glitter » (éclats).
Notre façon de voir et de penser semble pouvoir comprendre le destin de l’humanité seulement à travers des concepts de dépendance d’enfants qui ont tendance à être seulement sensibles pour ce qui puisse profiter directement à eux-mêmes. Nous n’avons pas encore développé la vision de ce qui soit bien pour tout le monde. Notre compréhension est encore  limitée par ce qui est perçu de l’extérieur et imposé par la force du pouvoir d’en haut. C’est une force « massive » qui prétend l’union mais qui, par sa structuration, est basée sur la division et la sélection élitaire dont nous retrouvons les prétentions idéalistes dans tous les domaines de la vie, y compris dans les pratiques des religions. 
Vers la libération de la Lumière de Vérité dans le monde
Nous sommes couramment confrontés avec le fait que ce soit difficile d’entrer dans la pensée de l’autre et de s’imaginer d’être « à sa place ». Nous avons plutôt tendance à penser carrément « à la place des autres » pour imposer nos idées et de rejeter ce qui n’est pas selon nos convictions et croyances comme si la vérité serait notre privilège exclusif. Nous savons, à travers nos expériences répétées,  que c’est difficile de changer l’idée de quelqu’un quand nous ne pouvons pas partager des situations qui lui sont comparables. Quand nous ne pouvons pas montrer par notre empathie notre solidarité concrète dans le partage des situations concrètes comparables, c’est difficile de toucher la sensibilité de l’autre et de le libérer de son esprit de séparation. Effectivement, nous voyons mal  nos propres incohérences.
Il faut d’abord montrer que nous ne nous séparons pas de l’autre à cause de notre pouvoir, notre position, notre autorité, notre profession, nos convictions ou croyances. Il faut donc de l’humilité pour venir au niveau de l’autre pour montrer que nous ne sommes ni plus, mais aussi ni moins que l’autre dans le service à la Grande Vie de l’univers.
En plus, juger des situations que nous n’avons pas vécues, crée nécessairement des distances et des frustrations qui risquent, selon la gravité, de se transformer en réactions négatives, de l’orgueil jusqu’à la violence. Ce sont les effets automatiques, difficilement contrôlables,  du rejet et de l’agression humains ressentis au niveau physique, émotionnel, mental et/ou spirituel-religieux. Ils sont en réalité vécus comme une limitation et même une négation de l’énergie d’amour inconditionnel, ancrée dans le cœur de chacun. Ils provoquent des distorsions aux raisons que cette énergie d’amour donne à notre cœur pour vivre et court-circuite ainsi sa connexion avec le potentiel vital (talents) de notre âme.
Cette connexion énergétique, avec sa lumière d’information spirituelle, est fixée dans le cœur de chacun pour toute la durée de notre incarnation. Elle transmet la Lumière de la Vérité, non seulement en relation avec notre vie terrestre actuelle, mais avec tous les niveaux de la Création. En effet, notre esprit est un avec le Grand  Esprit de Vérité, au-delà de ses manifestations en formes diversifiées. C’est un point de lumière dans notre cœur comme une porte vers le royaume superlumineuse de l’Esprit Saint ou Universelle. Il est comme le reflet d’une étoile (star) dans le ciel qui nous illumine. Sa Lumière de Vérité est donc ce qui soit le plus précieux en nous, indépendamment de notre situation et personnalité en tant qu’effet de nos conditionnements et expériences de vie, choisis consciemment ou inconsciemment.
Le travail de libération de la vérité consiste dans l’apprentissage d’être en harmonie avec Cette Lumière, de L’exprimer et de La faire rayonner dans notre entourage « à fin que nous soyons La Lumière de l’Esprit de Vérité sur terre »  comme une lampe allumée  sur le chemin de la vie pour guider nos semblables. Tout cela correspond à une réalité énergétique subtile que nous devons développer jusque dans notre physique. Le cep de vigne ne donne pas de fruits à répétition sans racines.
L’essentiel du travail de Vérité est de transmettre Sa Lumière à fin qu’elle réponde dans l’autre comme une réalité de solidarité vivante qui crée une relation juste, basée sur l’authenticité, le respect et l’indulgence mutuels. Travailler la vérité est donc communiquer de telle façon qu’elle crée des relations plus justes, basées sur la solidarité.
La communication solidaire.
La communication solidaire est ce qui est fondamentale pour la transmission de la Vérité. Cette transmission ne puisse se faire réellement que quand nous produisions des paroles, sous formes d’informations intelligentes qui facilitent l’accès à la lumière de La Vérité Intérieure de l’autre. L’art de communiquer est de générer des  vibrations adaptées pour qu’elles provoquent une résonnance qui touche le cœur de l’autre et facilitent la connexion avec son âme. La réponse devient alors une reconnaissance supramentale o de dimension spirituelle qui ouvre les limites du mental concret au lieu de provoquer un rejet ou blocage. C’est un processus qui demande beaucoup de sensibilité, de la patience et de progrès constant, et souvent aussi de la flexibilité et des répétitions.
Les difficultés sur le plan collectif.
Cette communication est plus difficile dans le cadre des idées et normes établies de nos entités collectives, surtout enracinées depuis longtemps. Le temps accumule la force de tendances, justes ou injustes, pour créer des habitudes, des convictions et des « normes » qui prennent un impact incontournable dans la vie collective et ses organisations. Ils ont tendance à se superposer à notre vérité intérieure comme un poids aveugle. Le maintien de l’ordre établi a besoin de s’appuyer là-dessus. C’est alors autant plus difficile de les changer quand ils se révèlent obsolètes ou injustes. Pourquoi ?
Nous avons une tendance naturelle,  comme instinctif, à nous cacher derrière la vision officielle et dominante de l’instant. Il ne s’agit pas seulement d’habitudes, comme parler fort dans les lieux collectifs (comme dans le restaurant) pour être entendu, mais aussi de comportements qui garantissent une forme de protection et de sécurisation pour être reconnu et accepté, comme la façon de s’habiller, de manger… Quand nous n’apparaissons pas  selon les normes, nous nous ridiculisons et risquons l’exclusion parce que cela dérange et menace l’ordre reconnu. Cet ordre correspond à un certain niveau de conscience qui tend à protéger,  comme le fait notre mental inférieur, par une sorte de barrière inquisitoire les croyances institutionnalisées. Ceci rend difficile, sinon impossible, de poser la question de la raison ou de la vérité profonde de ce qui soit différent. Regardons le film de Jonathan le Goéland.
Ce qui dévie des normes établis est ressenti comme une menace à nier, et si besoin, à exclure totalement comme faux à fin que l’ordre reconnu ne soit pas mise en question au nom d’une vérité réduite par la conscience collective manquante.
Mais la Lumière de Vérité est toujours plus forte. Elle est la raison de la vie. Le refus et le manque d’ajuster et d’harmoniser nos relations par la communication amènent toujours à des radicalisations et finalement au renversement de l’ordre établi. Résister à la vérité ne fait que renforcer les doutes et l’incrédibilité. Les sages choisiront la voie de la paix, de l’harmonie par la communication de la Lumière Interactive, celle de la conscience que tout forme partie d’un ensemble. Si on respecte tout, on respecte soi-même, ainsi on peut être respecté.  Les aveuglés « et les sourds, les téméraires et les imprudents choisissent la voie aveugle et fatale des conflits, celle de l’imposition par la force, de la séparation et de l’extermination. Ils ne connaissant ni le pardon, ni la compassion qui leur manqueront le jour quand ils en auront eux-mêmes besoin.
Sans communication, ou seulement en sens unique, du haut en bas, l’ordre établi ne peut pas connaître réellement les différences et leur raison d’être. Toutes ses mesures pour endiguer les problèmes qui pourraient poser, resteront assez inefficaces. Son approche reste alors nécessairement théorique, sans vérité vécue, ou méconnue à cause d’un point de vue limité ou exalté. Ils fixeront nécessairement des idéaux restrictifs et les anticipent du fait qu’ils ne traduisent que partiellement le sens des situations qui se présentent dans l’évolution de l’ensemble.
La vérité à double face.
Dès qu’il n’y ait plus de communication solidaire, la vérité commence à être détournée et la confiance mutuelle se perd. Pour éviter cela la diplomatie crée toujours un cadre accueillant, plein d’attention et d’abondance. Dans le cas contraire, la vérité risque de montrer face double.  Nous avons beau parler d’amour et de spiritualité, si la vérité ne peut pas se communiquer en actes de solidarité concrète, pour quelle raison que ce soit, elle divise la vie en une face qui est fausse, mais en apparence beau ou même éclatante, et une autre face qui  est vraie, mais plutôt secrète, autant que possible cachée et  même niée par peur d’incompréhension et de rejet.  Les deux faces se mélangent inévitablement en faisant perdre à la vie tout son éclat mais en la conduisant aux éclairs des conflits et leurs armes de guerre.
Quand la communication arrête d’être solidaire, la vie devient une accumulation de mensonges et l’être humain prend deux faces, ce qui se reflète dans ses instituts. L’opacité et les divergences dans les communications prouvent  bien notre  manque de conscience individuelle et collective qui rendent le travail de la vérité difficile puisqu’elles empêchent de reconnaître les erreurs et les distorsions de la vérité, surtout collectives.
La vérité et le destin de l’humanité.
La vérité spirituelle d’une vision officielle n’est pas la simple somme de la lumière de la conscience des individus qui la composent. Elle contient tantôt plus de clarté, tantôt aussi plus d’obscurité avec tous les effets obstructifs et destructifs que cela puisse produire. Bien que l’ordre établi fasse paraître souvent le contraire,  il y a beaucoup de choses pas encore révélées sur le destin de l’humanité, son rôle de service dans la création et son impact sur les autres réalités de l’univers. A cause de la séparation entre les différents mondes, l’éveil d’une vraie conscience collective vivante, comme elle existe sur les niveaux superlumineux  de la création est freiné. De ce fait, la vérité  de l’Esprit Saint ou Universel de ces niveaux superlumineux ne peut pas être acceptée, ni être comprise et donc ne pas être révélée qu’à compte-goutte au fur et à mesure du progrès des expériences humaines et l’éveil de sa conscience pour les dimensions collectives de la Grande Vie de l’univers. Entretemps, la vérité reste donc un mystère dans une réalité à double face.  
Le temps du changement
Le temps du changement s’est mis en marche, bien que la conscience collective soit encore toujours basée sur la loi de la séparation par les individus plus forts. Ceci nourrit la conviction de chacun de savoir mieux que les autres,  créant ainsi une situation chaotique avec tous ses excès. C’est justement cette situation qui évoque le besoin d’une vision holistique, globale et solidaire pour unir l’ensemble des visions dans une nouvelle harmonie. C’est le sens de la crise de l’autorité des  pouvoirs dans le monde.
Bien qu’ils aient mille raisons pour se justifier, rien ne justifie de ne pas tenir compte de la vision et des besoins de ceux dont ils ont la charge. Nul ne peut se  substituer dans la liberté de la conscience des autres et donc faire ce que l’autre peut faire. Non plus on peut lui imposer ce qu’il ne ressent pas au plus profond de soi-même. La vraie autorité est libre de tout pouvoir qui s’impose de cette façon. Il repose sur la  vérité d’une solidarité réelle et intervient seulement pour harmoniser les relations. (comme le rôle de l’ONU). La vérité choisit le bien de tous pour tous et pas pour ou contre une partie de l’ensemble. Elle ne détruit pas, mais elle met tout en œuvre pour transformer le négatif en positif, pour créer des ouvertures là où il y a des manques, de modérer les excès à fin qu’il ait la place pour que des nouveaux accords plus justes dans les relations puissent voir le jour.
Le vrai pouvoir est avant tout ouvrir  la vision pour guider et aider là où l’autre n’est pas capable de se prendre en charge lui-même. Des guides qui ont la vision ouverte avec la volonté d’un partage plus équitable, avec l’intention d’une conviviance plus ouverte et accueillante et avec le sens de la coopération plus fraternelle et la communication solidaire sont encore rares. Par peur et incompréhension, les membres de l’ordre établi, ont toujours tendance à les critiquer pour les rappeler à l’ordre à fin de les récupérer. Le chemin de la libération a peu de marge de manœuvre dans l’ordre établi.
On va donc chercher en dehors, surtout dans les réseaux sociaux, comme facebook, contrôlé et manipulé pour être de plus en plus incontournable pour  voyager sur Internet et…même pour faire des achats. N’est-ce pas une illusion qui risque de devenir une des marques de la bête, évoquée dans le livre de l’Apocalypse ! (Apo. : 13,16) (http://www.wat.tv/video/verite-sur-facebook-marque-bete-5hulr_309yl_.html)
L’Instructeur de l’humanité et les maîtres du Monde (les faux Christs)
Comme nous avons besoin de lumière, nous cherchons des personnes, ou maîtres, qui semblent plus «  illuminés» puisqu’ils prétendent posséder la vérité pour la solution « idéale » pour tous nos problèmes. Il y a ceux qui travaillent de façon « occulte ». On les nomme des « illuminati » ou maîtres du monde. D’autres font beaucoup de bruit et gagnent de l’autorité, basée sur des belles paroles et des promesses qui cachent souvent des intimidations. Ils savent créer un tel impact que beaucoup les suivent aveuglement de peur de perdre les garanties d’être sauvés. A quoi cela sert autrement que pour maintenir les vielles paradigmes d’incohérence, de division, d’inégalité et de dualité entre maître et disciples ?! 
Partout dans le Monde on attend un Maître, Un Instructeur qui porte plusieurs noms selon le point de vue. Nous renvoyons à ce qui a été exposé à ce sujet dans le message précédant concernant l’enfant mâle sous le complément 1 (1.2). Résumons que sa mission est claire et simple: témoigner de l’Esprit de Vérité en montrant le chemin de la solidarité par la création de relations plus justes grâce à l’éveil de la conscience collective. Etre Instructeur ou Guide va bien au-delà du tout spectaculaire.

Aucun commentaire:

Le chemin vers le Père-Mère de la Grande Vie

L'homme, en pensant des choses mondaines, prend un penchant pour elles

L'être spirituel, en pensant des choses célestes, dépasse les limites de ses sens humains pour entrer dans sa nature divine

Du penchant de l'homme naît l'attachement

De la libération de l'être humain divin naît le détachement envers les passions dans relations humaines

De l'attachement naît l'avidité

Des relations justes avec soi-même, les autres et l'environnement naît la tolérance

De l’avidité naît la colère

De la tolérance naît la paix interne et externe

De la colère, producteur de déception, naît l'angoisse

De la paix, producteur de satisfaction, naît la joie et d’elle sa mère : notre ascension spirituelle

La dépression confond la mémoire, en détruisant la raison

L’ascension spirituelle clarifie notre mémoire au-dessus de la mort, en nous instruisant dans la synthèse de tous les talents dans le Principe d'union de notre Père Divin : la extra-lucidité d'entendre, de sentir, de voir, de choisir et de discerner. Ils sont les bases de la création et de notre créativité.

Ils unissent nos petits esprits avec l'entendement de l'immense amour qui encourage notre cœur avec la lumière de l’Esprit-Mère de toute sagesse du Père. En maintenant cette lumière focalisée, notre âme s'élève vers le Principe Père-Mère Créateur pour nous réveiller dans Leur Lumière de Christ-Bouddha, qui fait de nous des fils et des filles, des manifestations d'expériences vives de cette triple union divine comme, frères et frères divins.


Que chaque être humain puisse passer par l'arche de la nouvelle alliance,
expression du nouveau paradigme de la fraternité universelle.
Il se réalise à travers la manifestation de la convivience:
ou des relations justes avec soi-même, l'environnement et l'autre
variflexionnées (mises en valeur) selon les cycles de la vie
avec compassion et pardon
par lesquels tout se présente comme don et service interactif de la vie

Ouverture fache cachée de la lune

Ouverture fache cachée de la lune
rupture du cratère Aitken

vision de la désintégration de la lune

vision de la désintégration de la lune

Rupture de la lune, vision terrestre

Rupture de la lune, vision terrestre
nuage de cendres visble dans l'avenir

Les 10 dimensions de l'univers

Les 10 dimensions de l'univers
représentation scientifique de la coupe du Graal avec les lignes qui forment les cordes de synthèse ou la fusion interactive de toute création

L'étoile de Pâques

A voir sur le blog de l'école universelle de la vie:

La révélation de l'étoile de Pâques