translation

EnglishespañolItalianoDeutschNederlandsالعربيةRussePortugaisελληνικάJaponaisChinoisCoréenTurcсрпскиPolskiDanskeSuomenSvenska

La porte du coeur cosmique (la demeure de Dieu)


Blog pour promouvoir un mouvement interactif dans le cadre du travail de synthèse, présenté dans le site Pangeosis.
Le travail de synthèse est conçu pour libérer la conscience collective.Il est basé sur la connaissance et la maîtrise de l'énergie universelle.
Il concerne chaque être humain et sa capacité de répondre à cet appel (respons-h-abilité)
Il fait appel spécialement au leaders: politiques, sociaux, économiques, professionnels, scientifiques, éducatifs et sanitaires et spirituels et religieux.
Le vrai guide spirituel conduit ses hôtes jusqu'au sommet de la plus haute montagne blanche de lumière où s'ouvre la vision panoramique dans tous les sens, comme reflet de l'univers. Beaucoup de guides gardent leurs adeptes dans les refuges des limites de leur vision bien qu'elles ne sont que les marches de l'ascension vers la vision du sommet.

A consulter:

Dans le blog de l'école universelle de la vie:
2016 À la porte de la Grande Transition

27/09/2013

Complément des réflexions sur le 15 août 2013 partie 3.3

L’instruction d’un nouvel  Ordre de Vérité.

Le propre de l’Esprit de Vérité est de se manifester par des actes créatifs, des paroles constructives et des idées positives et rénovatrices qui dépassent les simples critiques et jugements. Ils invitent à l’ouverture, l’interactivité et le dépassement des visions établies dans la perspective qu’une nouvelle conscience puisse voir le jour, une conscience de nature plus collective qui unit au-delà des divisions et différences.
L’éveil de cette conscience collective, comme entité d’harmonie interactive et de solidarité fraternelle vivante est une marche nécessaire pour entrer dans la Conscience Divine et l’interactivité de  son omniprésence. Dieu est plus que la somme des consciences d’individus. Cette nouvelle conscience d’harmonie dans le service  à l’ensemble est la volonté du plan divin pour les temps actuels : créer, grâce à la descente de l’Esprit de Vérité  une nouvelle alliance d’union fraternelle entre Dieu et l’homme christique, le divin en lui. La finalité est que chaque être humain soit capable de reconnaître son potentiel et soit libre de le mettre au service du plus grand bien de l’ensemble selon ses possibilités (calise, calix, ou le sens du graal). Cette alliance consiste en concret dans la connexion de notre cœur avec le royaume superlumineux de notre âme (que Jésus a symbolisé par le rocher) C’est la voie céleste comme expliqué déjà ailleurs.( http://pangeosis.free.fr/antask.html)
Ce plan a été prophétise par le Christ en Jésus. Il prévoyait que, selon les plans du Père, l’enfant divin qu’Il avait éveillé  dans l’être humain, devrait grandir le moment venu pour devenir adolescent divin.
Le besoin de cette nouvelle union et conscience interactives entre les différents niveaux de conscience et l’omniconscience divine se présente pour la terre comme le mouvement de la convergence de la conscience planétaire (Pangeosis, osmose spirituelle entre tous les continents de la terre en compensation de la dérive des continents). C’est la seule garantie de la survie sur terre, grâce à la création d’une paix durable en tant que reflet de la vérité ou de l’interactivité authentique, harmonieuse et solidaire de la vie sur terre.
La loi des relations justes : le pouvoir respectueux
Pour que cette union soit vivante, les lois qui s’appliquent actuellement sur la minorité et la majorité devront laisser la place à la loi des relations justes. Cette loi est une application concrète de la loi : aimer les uns les autres, comme soi-même. (Jean, 13, 33-35). Le fondement de la loi des relations justes est le pouvoir royal ou respectueux. Nous avons tous ce pouvoir en nous, au-delà des pouvoirs hiérarchisés. C’est notre capacité de médiateur pour valoriser le service de chacun au plus grand bien de l’ensemble. C’est le vrai sens de la royauté auquel les chrétiens sont baptisés. Les états qui ont aboli la royauté n’ont gardé que les apparences de ce pouvoir respectueux, mais en réalité ils laissaient  la place à un ordre en permanence « révolutionnaire », imprévisible et contestataire. Même dans les états qui ont gardé la royauté, il y a une tendance à perdre son vrai sens à cause du comportement de personnes concernées.
La perdition et l’absence de la représentation du pouvoir respectueux signifient une perdition du sens de l’union qui se situe au-delà des différences et divisions partielles qui puissent exister entre nous et dans nos collectivités. C’est la perte d’une référence médiatrice entre tous et pour tous, qui incite à l’union par tous. 
Les pouvoirs établis ne sont plus les seuls gardiens du destin humain. La foi dans un ordre qui reflète seulement le consentement d’une partie de l’humanité ne suffit plus. Il faut un ordre vivant de consensus général et mondial. Il doit constamment évoluer pour correspondre à l’élévation de la réalité de la vie des êtres à la base à fin que tous soient valorisés pour pouvoir exploiter leur potentiel comme un service à l’ensemble (talents). En fait, il s’agit d’une mise en question des raisons de tous les principes sur lesquels l’ordre établi est fondé (croissance de production et de population, sens du travail, de l’argent, de l’éducation, de la propriété, de l’administration…).
De la foi à la réalisation
La foi est tributaire d’un idéal ou source de vie qui dépasse l’entendement commun de notre conscience. L’exemple type est la foi en Dieu, Allah, Bouddha… Au plus profond de l’être humain, il existe une réalité ou idéal qui dépasse tout et qu’il ressent, nie ou  accepte, éventuellement soutenu (ou imposé) de l’extérieur. La force de la foi dépend de nos expériences vécues. Les expériences la rendent vivante pour dépasser finalement l’attitude de notre simple acceptation. Il s’agit d’un éveil et évolution de conscience qui changent notre confiance et croyance d’abord en confirmation et peu à peu en un état d’être réalisation de notre idéal espéré. Dès lors nous n’avons plus besoin de croire, nous le savons et le vivons.
L’église a une grande vision de foi, mais privilège une vision masculine de Dieu qu’on retrouve dans sa gouvernance, bien que les pratiquants d’aujourd’hui soient près de 90% des femmes. Dieu est au-delà de cette di-vision humaine, sinon il ne serait pas vrai. De quel droit donc la raison masculine juge l’infériorité du service de la femme à Dieu sinon que ce soit l’effet de l’impact social de l’évolution des conditions anthropomorphes de la conscience humaine ?!  C’est un exemple du poids des relations aveugles qui repose sur la société par l’inconscience de la masse.
La raison masculine et l’intuition féminine ne sont pas seulement complémentaires mais elles se rectifient mutuellement, comme la science et la conscience. ?!  L’homme a apparemment des difficultés à admettre que le caractère maternel de la femme montre souvent une meilleure capacité de se confronter avec les réels besoins de la réalité à cause du sens pratique ?!  L’homme, n’est-il pas plutôt théorique (que peut faire theo-rire).
La foi de l’église nous semble clairement limitée par des fixations masculines, manque de compréhension, de compassion et de pardon réels envers les imperfections de l’évolution humaine. L’amour ‘inconditionnel’, dont parle Saint Paul, veut dire quoi dans la pratique ? Le manque d’écoute et de communication (plutôt une écoute unilatérale), le manque de vision holistique, réaliste et évolutive et de compréhension ouverte, maintiennent la porte du Royaume superlumineux de la vérité de l’Esprit de Dieu fermé. A quoi serviront encore les clés du Royaume (le sens du Graal) dont le successeur de Pierre est le gardien, si l’église  ne s’en sert pas ou avec un amour trop loin de la vie concrète ?
Quand les institutions ne correspondent pas aux besoins de l’évolution de notre conscience, leurs préceptes bloquent la vision de nos idéaux ainsi que le potentiel que nous sommes appelés à fructifier pour les réaliser. Elles nous coupent de notre âme et son royaume de vérité. En effet, en fixant un idéal dans des formes structurelles (hiérarchie, lois, dogmes…) il y a le risque de restreindre les révélations propres et nécessaires à l’évolution de sa réalisation du fait qu’elles créent une situation d’anticipation restrictive à sa réalisation. Ceci  rend  la vision de son déroulement et sa réalisation progressive difficile, sinon impossible. Les exigences de la fixation poussent à brûler toutes les étapes et de bloquer les ouvertures à toute nouvelle révélation de la vie.  Bruler l’idéal sur l’autel de ses exigences est finalement projeter sa réalisation en dehors de l’ordre établi. C’est le rendre finalement impossible et inatteignable ! N’est-ce pas pour cela que Jésus n’a pas imposé ou recommandé des structures ?
Le piège de la foi se trouve dans la démesure de nos aspirations spirituelles et de l’impatience envers les résistances dans notre entourage. Quand nos moyens (comme organisations, argent, administration, hiérarchies, lois, professions, prêtrise…)  deviennent des finalités, ils vont à l’encontre de la vérité de la vie quant à sa meilleure évolution. Cette aspiration, en plus si elle est opportuniste, est la raison pourquoi nos responsables courent presque toujours derrière les problèmes et qu’ils en créent souvent davantage au lieu de les voir et de s’y confronter à temps pour les améliorer et les prévenir.
L’adolescence de l’humanité
http://community.beliefnet.com/thomas_a_quinas/go/gallery/item/136305071
Jésus adolescent dans le temple  (Luc Ch 2)

Les effets de cette situation figée et idéalisée se reflètent en ce que les adolescents ressentent et expriment actuellement. Ils reconnaissent de plus en plus difficilement ce que l’ordre établi projette comme leurs idéaux. Surement, il y en a beaucoup qui sont trop gâtés ou dont le potentiel inventif de leur âme semble endormi par les facilités et la pression matérialiste de la vie. Pourtant, leur sens critique monte comme partout dans le monde.  Ils admettent de moins en moins le modèle de vie qui est pensé à leur place et qui leur est imposé. Ils sentent que le sens, donné à leur destin par les gouvernants, n’est pas cohérent, souvent injuste et finalement suicidaire.  Ils veulent voir et expérimenter directement par eux-mêmes, mais il y en a peu pour les guider sur le meilleur chemin de la vérité.
C’est aussi une attitude qui s’éveille chez les adultes. Il y a une frustration générale et croissante. Ils cherchent à se détourner de la pression de plus en plus stressante et étouffante de l’ordre établi. Un changement profond se prépare (changements professionnels, groupements de solidarité de toute sorte, nouvelles formes collectives indépendantes, vie à côté de la relativité de titres et de diplômes…). En même temps se profile un désintéressement envers l’ordre établi (ruptures avec les chemins battus) mais pas forcément envers le besoin d’un ordre plus participatif.
Apparemment, pour que l’évolution de l’être humain devienne plus vraie ou plus solidaire,  il faut que l’ordre établi des responsabilités perde ses vestiges de privilèges et visions partiales. Du fait que cet ordre continue à pratiquer les vieilles règles, il se divise et se fragilise avec la conséquence que beaucoup de gens se sentent perdus, exclus ou laissés pour compte. Dans ce contexte, toutes les mesures pour y remédier restent insuffisantes et souvent inefficaces. Ces inhibitions conduisent inévitablement à des crises et ruptures.
Nous retrouvons un processus parallèle dans les institutions religieuses. Les religions prétendent connaître et suivre les plans de Dieu. Est-ce la vérité ? Seulement pour une petite partie. La vérité des plans de Dieu, ne peut se révéler qu’au travers la Vie elle-même. A chaque instant du présent, elle contient le « potentiel » du livre de la Vie. Voir ce potentiel et prévoir les conséquences des choix est le don de la prophétie. C’est-à-dire, les plans de Dieu se révèlent quand nous soyons capable d’observer « en continu » l’ensemble des signes et des expériences humaines en y voyant leur sens transcendant à travers leur interactivité « globale » dans l’évolution de l’ensemble. Chaque expérience dans la création est une expression partielle de la vérité de la volonté Dieu. Elle montre à quel point elle soit en accord ou en désaccord avec sa réalisation. Tous les problèmes montrent qu’il y ait un désaccord ou un manque d’équilibre dans l’évolution de la vie (résistances ou précipitations). Ils montrent l’absence d’être dans la vérité de l’élection de la meilleure évolution de l’éternel présent.
En faisant la synthèse de ces signes et expériences (mise dans le contexte de l’ensemble) la direction du plan et le chemin idéal peut se révéler pour l’individu, ses collectivités, la terre et l’univers entier selon la conscience atteinte. Le chemin idéal éclaire aussi les autres possibilités et leurs conséquences ce qui permet d’éviter toute fatalité ou déroulement par l’intervention de notre libre arbitre. 
Le travail de synthèse.
Les plans de Dieu ne peuvent être descellés que par une vision ouverte, globale ou holistique. Cela suppose un travail de synthèse, où on met les choses ensemble dans un contexte « global » comme on le fait quand on fait un puzzle. Cela nécessite une approche d’une conscience et science de synthèse qui créent la conscience collective pour voir au-delà des horizons étroits des perceptions morcelées des individus. En projetant un horizon global nous pouvons entrer dans l’union interactive avec le monde superlumineux de l’Esprit Universelle du fait que nous découvrons de cette façon le sens des accords et désaccords qui se trouvent comme information dans chaque manifestation. Ce sens de l’interactivité entre accords et désaccords manque encore grandement à l’humanité et ses organisations. Pourtant, nous avons besoin de cette conscience pour pouvoir survivre. Notre survie dépend de la vérité de nos accords pour qu’enfin la justice ou la vie en harmonie règne. La vérité de cette justice est indispensable pour que chacun puisse trouver sa raison de vivre.  C’est elle qui lui rend sa dignité par la reconnaissance de sa place de service à l’humanité, dans son contexte adapté et selon son potentiel réalisé.
Ce travail révèle lesquelles de nos convictions ne correspondent plus à la volonté de la vérité  divine. Il montre comment nous déformons cette volonté par des convictions aveugles, maintenues par le poids aveugle de la masse à la base de l’ordre établi sur lesquelles se fonde une minorité des esprits, disons des « illuminés ».  Nous constatons donc que beaucoup de problèmes existent à cause du manque de conscience collective et globale qui permet de placer nos informations dans leur juste contexte de l’ensemble dont ils appartiennent.
En faisant ce travail de synthèse nous nous rendrons compte que beaucoup de nos convictions bloquent le « meilleur » déroulement des plans de Dieu. Des problèmes et des crises  surgissent quand nous ne voyons pas que nous nous sommes positionnés en dehors de la lumière du bon sens de l’évolution vers la perfection. La perfection, comme l’abondance et la justice sont des attributs basées sur l’interactivité collective et pas seulement sur des privilèges et des qualités de croyances de personnes individuelles. La crise mondiale se situe là-dedans comme une déviation humaine dans la séparation du monde matérielle avec le monde superlumineux de l’Esprit de Vérité.
Il est évident que ce travail de synthèse ne se fait pas encore réellement, bien que les problèmes du monde poussent dans ce sens (le travail des Nations Unies et des organisations mondiales, les conférences spirituelles, religieuses et autres, des forums, internet…). Notre façon de penser a besoin de temps pour changer. Notre monde de suprématie de la loi de division, qui a régi pendant plusieurs millénaires, doit évoluer vers la loi des relations justes ou la loi de la paix par l’harmonie ou la solidarité en concret. Elle met le principe du pouvoir par imposition en question en faveur du pouvoir respectueux et de la confiance dans le potentiel de liberté et de responsabilité de chacun. C’est tout un défi et une expérience éducative pour l’humanité pour lesquels des centres de référence et des guides-médiateurs (de synthèse) qui comprennent cela, manquent encore cruellement.
Ce changement est difficile parce qu’il implique un changement dans les relations maître-disciple ou dominants-dominés. Cette dualité doit s’estomper en reconnaissant que ces qualités sont dans chacun et que nous sommes tous les guides et les médiateurs l’un de l’autre. Il faut du temps et de la patience pour que ces relations s’harmonisent et ajustent et éclairent aussi les relations entre individus et collectivités. Cette indulgence nous est accordé selon les plans divins jusqu’au moment que la coupe sera pleine. Ce temps s’avère être très proche. Que nous soyons avertis : si l’être humain ne change pas de plein gré, le besoin de la survie sur terre demande alors la confrontation avec le débordement, la démesure, l’intolérable et la destruction, même de ce qui était beau. Les retards dans les accords avec le plans divins provoquent des sauts de rattrapage à fin qu’ils soient finis et qu’une nouvelle lumière de vérité puisse éclater. Jusq’à ce moment nous pouvons choisir que la transformation du monde se fera plus doucement et plus paisiblement.

                               (image: http://cosmobranche.free.fr/Futurs_ApocalypseStJean.htm

Note : Une indication du déroulement de plan divin en rapport  des « sept coupes versés »  énoncé par le livre de l’Apocalypse: la coupe du matérialisme ; la coupe des passions humaines ; la coupe de la pollution mentale qui sacrifie ce qui est sain et saint ; la coupe de l’aveuglement spirituelle, telle la lumière du soleil ; la coupe de la surproduction et surexploitation humaine et leur royaume des profits et exactions financiers ; la coupe de la force des esprits, soit disant « illuminés » et draconiennes, qui dominent et manipulent le monde ; enfin, la coupe du grand changement de l’équilibre entre les sphères célestes et les sphères terrestres.




Aucun commentaire:

Le chemin vers le Père-Mère de la Grande Vie

L'homme, en pensant des choses mondaines, prend un penchant pour elles

L'être spirituel, en pensant des choses célestes, dépasse les limites de ses sens humains pour entrer dans sa nature divine

Du penchant de l'homme naît l'attachement

De la libération de l'être humain divin naît le détachement envers les passions dans relations humaines

De l'attachement naît l'avidité

Des relations justes avec soi-même, les autres et l'environnement naît la tolérance

De l’avidité naît la colère

De la tolérance naît la paix interne et externe

De la colère, producteur de déception, naît l'angoisse

De la paix, producteur de satisfaction, naît la joie et d’elle sa mère : notre ascension spirituelle

La dépression confond la mémoire, en détruisant la raison

L’ascension spirituelle clarifie notre mémoire au-dessus de la mort, en nous instruisant dans la synthèse de tous les talents dans le Principe d'union de notre Père Divin : la extra-lucidité d'entendre, de sentir, de voir, de choisir et de discerner. Ils sont les bases de la création et de notre créativité.

Ils unissent nos petits esprits avec l'entendement de l'immense amour qui encourage notre cœur avec la lumière de l’Esprit-Mère de toute sagesse du Père. En maintenant cette lumière focalisée, notre âme s'élève vers le Principe Père-Mère Créateur pour nous réveiller dans Leur Lumière de Christ-Bouddha, qui fait de nous des fils et des filles, des manifestations d'expériences vives de cette triple union divine comme, frères et frères divins.


Que chaque être humain puisse passer par l'arche de la nouvelle alliance,
expression du nouveau paradigme de la fraternité universelle.
Il se réalise à travers la manifestation de la convivience:
ou des relations justes avec soi-même, l'environnement et l'autre
variflexionnées (mises en valeur) selon les cycles de la vie
avec compassion et pardon
par lesquels tout se présente comme don et service interactif de la vie

Ouverture fache cachée de la lune

Ouverture fache cachée de la lune
rupture du cratère Aitken

vision de la désintégration de la lune

vision de la désintégration de la lune

Rupture de la lune, vision terrestre

Rupture de la lune, vision terrestre
nuage de cendres visble dans l'avenir

Les 10 dimensions de l'univers

Les 10 dimensions de l'univers
représentation scientifique de la coupe du Graal avec les lignes qui forment les cordes de synthèse ou la fusion interactive de toute création

L'étoile de Pâques

A voir sur le blog de l'école universelle de la vie:

La révélation de l'étoile de Pâques