translation

EnglishespañolItalianoDeutschNederlandsالعربيةRussePortugaisελληνικάJaponaisChinoisCoréenTurcсрпскиPolskiDanskeSuomenSvenska

La porte du coeur cosmique (la demeure de Dieu)


Blog pour promouvoir un mouvement interactif dans le cadre du travail de synthèse, présenté dans le site Pangeosis.
Le travail de synthèse est conçu pour libérer la conscience collective.Il est basé sur la connaissance et la maîtrise de l'énergie universelle.
Il concerne chaque être humain et sa capacité de répondre à cet appel (respons-h-abilité)
Il fait appel spécialement au leaders: politiques, sociaux, économiques, professionnels, scientifiques, éducatifs et sanitaires et spirituels et religieux.
Le vrai guide spirituel conduit ses hôtes jusqu'au sommet de la plus haute montagne blanche de lumière où s'ouvre la vision panoramique dans tous les sens, comme reflet de l'univers. Beaucoup de guides gardent leurs adeptes dans les refuges des limites de leur vision bien qu'elles ne sont que les marches de l'ascension vers la vision du sommet.

A consulter:

Dans le blog de l'école universelle de la vie:
2016 À la porte de la Grande Transition

20/11/2011

Une vue de synthèse sur l’évolution démocratique vers la démocratie participative

Voici le résultat d’une première étude de synthèse sur la possible évolution des systèmes démocratiques vers la démocratie participative en partant de ce qui existe. C’est une tendance qui demande un temps plus ou moins long pour la voir confirmée

Nous avons développé un schéma qui applique les lois fondamentales de la manifestation des énergies à base du triangle. L’énergie est de dimension trinitaire dans sa manifestation mais forme en réalité un accord quadruple pour pouvoir se manifester. Nous retrouvons donc les quatre constantes ou vivants de l’univers reconnus par la science : la force involutive (ou énergie de volonté), la force révolutive (ou énergie d’amour), la force évolutive (ou énergie d’intelligence active) et la force réale (ou la force d’harmonie du cœur). Ces constantes sont interactives ou participatives, l'une dans l'autre.



La politique devrait être un hologramme de ces lois pour être en harmonie avec son environnement. La démocratie participative va dans ce sens. Essayons de voir vers où cela nous mène et avec quelles conséquences pour le système actuelle.  


Nous développons ici des éléments qui devraient permettre d’indiquer le chemin de la libération de la masse du poids aveugle de son inconscience. La seule solution possible semble de la diriger vers une attitude de conscience collective de service responsable de chacun au plus grand bien de l’ensemble.
Nous développons ici des éléments qui devraient permettre d’indiquer le chemin de la libération de la masse du poids aveugle de son inconscience. La seule solution possible semble de la diriger vers une attitude de conscience collective de service responsable de chacun au plus grand bien de l’ensemble.

1. La force involutive : c’est le principe du renouvellement constant de l’énergie qui détermine les changements des conditions de la manifestation. Le besoin de renouvellement est nécessaire pour le maintien de la manifestation et est stimulé par le principe de l’égalisation des énergies pour garder l’harmonie de l’ensemble. Le principe de l’égalité de l’énergie est le fondement de la manifestation de l’énergie en formes. Toute forme appelle à un retour aux sources.

Sur le plan du système démocratique la force involutive est représentée par la base populaire qui est la raison d’être de tout système politique. C’est elle qui évolue selon les changements des conditions de vie. C’est en elle que le nouveau trouve son élan et c’est elle qui évoque la nécessité de changements. La force de la base représente le principe de la perfection de la vie individuelle en collectivité à base du principe de la volonté d’égalité qui est à l’origine de toute énergie.  
Dans le contexte actuel c’est à ce niveau que le plus de changements s’imposent à cause d’un changement de la façon de penser de l’être humain au niveau de sa responsabilité. Elle s’ouvre de plus en plus vers l’aspect collectif, le besoin d’interactivité et de l’union en groupes. Ce besoin devient autant plus pressant que la survie et le maintien de la société deviennent des menaces pour une minorité de privilégiés. Le système actuel risque par le nombre, croissance trop vite des populations, de perdre le  contrôle de la base, que Marx appelait le prolétariat. Ceci est accentué par un système qui est constamment stimulé par des intérêts particratiques qui séparent leurs dirigeants de la base qui, bien souvent ignorante, devient de moins en moins contente. L’idéal d’une fausse liberté individualiste est projeté. Il nourrit une dépendance aux besoins artificiels qui détournent l’attention du potentiel de pouvoir collectif de la base. La peur pour ce potentiel, croissant chaque jour en nombre, amène inévitablement à  plus de contrôle, de répression et de manipulation. L’issue est inévitablement l’éclatement du système, à moins qu’on donne à la base dont elle a vraiment besoin.
Nous en distillons deux besoins essentiels :
1.  Le besoin d’information et le besoin d’éducation politique
La situation : nos informations sont souvent le résultat d’interprétations selon une vision tantôt plus de droite, tantôt plus de gauche. Elles sont en plus souvent filtrées et transformées pour renforcer ou diminuer des tendances selon des intérêts qu’elles servent. Ne seraient la plupart des agences de presse censurées dans  ce sens, bien qu’on veuille nous faire croire le contraire ? (la France occupe la 44°place dans le monde). La réaction est bien naturelle et inévitable, grâce à Internet. Il s’est créé des réseaux parallèles, qui ne sont pas pour autant tous fiables. Voilà aussi la tendance politique compréhensible pour essayer de contrôler ce créneau incontrôlable.
La voie de solution : Nous avons besoin d’organismes de synthèse qui font le tri entre le vrai et le faux. Aussi une confrontation avez la base parait nécessaire pour que les informations soient interprété de façon correcte. A part l’organisation professionnelle du monde de la presse nous avons besoin que les forums qui existent déjà évoluent vers un caractère plus officiel et populaire.
La vie politique n’a pas de stabilité sans que sa base n’ait plus de consistance. Elle ne peut l’obtenir qu’au travers des structures reconnues qui l’informent des aspects vitaux de la vie politique et qui permettent à éduquer sa responsabilité politique sans quoi il ne peut pas y participer. C’est dans ce sens que nous avons besoins de forums populaires. Ils devraient permettre la communication sur des informations nécessaires pour former une vision de synthèse sur la société au-delà des intérêts particuliers ou de visions politiques particulières. Ceci implique la collaboration de  modérateurs formés dans ce sens. Ces forums pourraient exister à plusieurs niveaux (communal, régional, national, européen) et dans plusieurs domaines (élaboration structures politiques, relations sociales (communication, sécurité), économie, organisation professionnelle, science, santé et application des valeurs humaines). L’importance des forums est l’interactivité qui révèle de la façon que nous sommes capables d’évoluer et qui indique où sont les blocages. Les blocages montreront à quel niveau la structuration de l’état, avec sa législation, administration et juridiction sera respecté, efficace et utile.
L’organisation de ces forums peut-être multiple et  demande beaucoup de souplesse. Nous pensons à des forums « officialisés » sur Internet. Ils offrent la possibilité de continuité, de replay et de répétition. En même temps ils peuvent être reliés avec des réunions populaires en life qui permettent le  contact plus direct entre les citoyens et aussi avec les élus. Il faut en effet donner plus de sens réaliste et véridique à la vie politi. C’est à la base que l’organisation de la vie politique est expérimentée, par exemple à travers ses lois. Mais c’est aussi à la base que changent les conditions et la nécessité des changements de cette organisation et ces lois. Le déséquilibre entre les forces qui règlent cette organisation fait par exemple que la France compte le plus grand cimetière en Europe de lois non appliquées.
  2.  Le besoin d’exercer le pouvoir politique de façon plus interactive :
La situation : actuellement le pouvoir démocratique des civils existe dans l’illusion d’élégir des personnes qui prétendent de tout pouvoir résoudre à la place des électeurs. Les successions par alternance et les répétitions des mêmes problématiques ne montrent pas seulement le contraire, mais aussi un gaspillage inutile d’efforts qui aboutissent à autant de déceptions.

Une des raisons est que les parties politiques ne jouent pas leur rôle d’intermédiaire et de canalisateur des forces qui vivent à la base. Une autre raison est le manque de vision globale dans le monde politique qui a conduit à des tendances très divergentes provoquant un morcellement des parties dans des fractions de plus en pluis divergentes et extrêmes. Enfin, il a les ambitions trop personnelles de leurs leaders qui veulent conquérir le pouvoir, même si c’est au dépit de l’autre, avec des méthodes  qui ne sont souvent pas conformes à l’esprit démocratique. Le désintéressement croissant de la base pour pareille tendance est tout à fait logique. Ce qui ne veut pas dire qu’elle soit tout à fait ignorante et pas politiquement intéressée. Chose curieuse est que les élus oublient qu’ils n’ont du pouvoir que grâce aux électeurs. La consultation de la base est aussi souvent plutôt une mascarade qu’une réalité qui touche directement le citoyen. Il y a donc une séparation profonde entre la base et les élus qui est seulement franchie au moment des élections. Et celles-ci sont alors faussées puisqu’elles servent souvent de moyen de sanction et de révocation et pas comme la meilleure solution.
La voie de solution : Les élections ne peuvent pas avoir comme conséquence que la base passe sa responsabilité politique totalement à quelques élus qui représentent nécessairement des tendances de division et qui correspondent de moins en moins aux changements de penser à la base. Il y aura de plus en plus besoin de pouvoir élire des représentants directement issus de la base en dehors des parties politiques et qui maintiennent le système de division. On peut bien s’imaginer des candidats libres qui se distillent à travers des forums populaires et qui méritent l’approbation concrète et directe. Ce serait de toute façon la voie indiqué pour l’élection du chef d’état qui, en tant que médiateur de tous et représentant du respect des pouvoirs, devrait être neutre et libre de toute partie.

Un second aspect est  celui de contrôle ou de rectification du pouvoir en place : Au lieu de devoir manifester dans les rues jusqu’au moment que des morts tombent, la base doit avoir la possibilité d’exprimer sa volonté sur des questions importantes. L’élaboration des forums, une fois pourvus des moyens techniques automatisés devrait pouvoir rendre facile et peu couteux la consultation par les autorités publiques de demander directement la vision de la population soit par un vote, soit par une consultation. Cette voie serait aussi une possibilité de manifester le cas échéant du désaccord de la base avec le pouvoir.

Dans le contexte actuel ceci sera probablement compris comme une menace de la stabilité du pouvoir qui peut actuellement se permettre d’abuser de ses mandats. Il faut tout de même considérer que la société est en train de changer profondément et que les citoyens n’auront pas d’autre choix pour résoudre leurs problèmes s’ils ne veulent pas être étouffés par des lois de plus en plus restrictives et répressives qui visent de faire d’eux des marionnettes dociles. L’apprentissage d’une vraie responsabilité politique ne semble pas facile et demandera sûrement un temps d’adaptation pour l'éducation. Mais il parait la seule solution pour tous les maux de notre société qui creusent de plus en plus l’écart entre une minorité privilégiée et une masse manipulée : engorgement des tribunaux et des règles administratives, crises répétitives, violence, déséquilibre du marché et du temps de travail, croissance et consommation injustifié, dépenses non justifiés dans l’ensemble des besoins réels de la société, application de nouvelles techniques outre mesure....

2. La force révolutive : le maintien de l’énergie manifestée et structurée nécessite une réorientation constante par l’énergie renouvelée et ce par son intégration et harmonisation. C’est le principe de la libération de l’énergie ancienne par la réorientation pour permettre une plus grand équilibre et perfection qui suit l’évolution de l’ensemble de la manifestation.
Au niveau politique c’est le renouvellement des lois, des élus et du système administratif mais aussi la création des éléments nouveau et l’abolition de ce qui est dépassé. Tout cela est encore trop rigide et dirigé par des intérêts particuliers. Il y a aussi d’une importance vitale pour le système démocratique que les élus représentent réellement ce qui vit à la base, dont le besoin d’une représentation proportionnelle et une participation proportionnelle à toute décision. Le principe de la majorité est sûrement une étape dans l’élaboration de la conscience humaine, mais c’est en même temps un principe qui maintient l’exclusivité et la division. La tendance devrait être de créer un consensus et de privilégier des majorités plus importantes selon le cas. Le progrès de la conscience collective changera complètement ces données dans l’avenir.
A élaborer.

3. La force évolutive: l’énergie a besoin de s’exprimer en indiquant une direction générale. C’est le principe de la valorisation dans l’ensemble. Ceci provoque des tensions en cas de résistances ou peut se faire de façon gracieuse sans causer de problèmes.
La valorisation de l’organisation de l’état est de renforcer le principe de la fraternité. Elle se fait par le pouvoir judiciaire soit de façon contentieuse, soit de façon gracieuse. On constate que ce pouvoir est trop éloigné de la base. A élaborer.

4. La force réale d’union solidaire : l’énergie reçue, structurée et exprimée suppose un contexte qui permet la reconnaissance d’une harmonie ou un accord dynamique entre les différentes forces énumérées ci-dessus. Cette force est à la fois reliée aux autres forces comme élément solidaire, mais en même temps elle a une dimension supérieure puisqu'elle donne un sens supérieur à l’ensemble : c’est le lien interactif, en même temps libre et neutre sans quoi il n’y a pas de réelle union. Cette  force est réale dans le sens réelle et royale, tournant comme une roue.
Ce principe au niveau politique est le pouvoir respectueux qui est dans la plupart des systèmes modernes trop flou et mélangé avec les pouvoirs  législatifs, exécutifs et judiciaires. C’est le reflet du manque de vision de l’ensemble et le respect pour l’ensemble qui repose sur un contrat fictif : celle d’une majorité changeante. Le pouvoir respectueux est le pouvoir de médiation, de communication de la vision globale, de dynamisation et de confirmation de l’ordre. Ce sont des éléments qui commencent à demander notre attention mais qui sont encore dans leur toute première enfance.
A élaborer.

Des  idées complémentaires peuvent être consultés: L'évolution de l'idée démocratique.

Aucun commentaire:

Le chemin vers le Père-Mère de la Grande Vie

L'homme, en pensant des choses mondaines, prend un penchant pour elles

L'être spirituel, en pensant des choses célestes, dépasse les limites de ses sens humains pour entrer dans sa nature divine

Du penchant de l'homme naît l'attachement

De la libération de l'être humain divin naît le détachement envers les passions dans relations humaines

De l'attachement naît l'avidité

Des relations justes avec soi-même, les autres et l'environnement naît la tolérance

De l’avidité naît la colère

De la tolérance naît la paix interne et externe

De la colère, producteur de déception, naît l'angoisse

De la paix, producteur de satisfaction, naît la joie et d’elle sa mère : notre ascension spirituelle

La dépression confond la mémoire, en détruisant la raison

L’ascension spirituelle clarifie notre mémoire au-dessus de la mort, en nous instruisant dans la synthèse de tous les talents dans le Principe d'union de notre Père Divin : la extra-lucidité d'entendre, de sentir, de voir, de choisir et de discerner. Ils sont les bases de la création et de notre créativité.

Ils unissent nos petits esprits avec l'entendement de l'immense amour qui encourage notre cœur avec la lumière de l’Esprit-Mère de toute sagesse du Père. En maintenant cette lumière focalisée, notre âme s'élève vers le Principe Père-Mère Créateur pour nous réveiller dans Leur Lumière de Christ-Bouddha, qui fait de nous des fils et des filles, des manifestations d'expériences vives de cette triple union divine comme, frères et frères divins.


Que chaque être humain puisse passer par l'arche de la nouvelle alliance,
expression du nouveau paradigme de la fraternité universelle.
Il se réalise à travers la manifestation de la convivience:
ou des relations justes avec soi-même, l'environnement et l'autre
variflexionnées (mises en valeur) selon les cycles de la vie
avec compassion et pardon
par lesquels tout se présente comme don et service interactif de la vie

Ouverture fache cachée de la lune

Ouverture fache cachée de la lune
rupture du cratère Aitken

vision de la désintégration de la lune

vision de la désintégration de la lune

Rupture de la lune, vision terrestre

Rupture de la lune, vision terrestre
nuage de cendres visble dans l'avenir

Les 10 dimensions de l'univers

Les 10 dimensions de l'univers
représentation scientifique de la coupe du Graal avec les lignes qui forment les cordes de synthèse ou la fusion interactive de toute création

L'étoile de Pâques

A voir sur le blog de l'école universelle de la vie:

La révélation de l'étoile de Pâques