translation

EnglishespañolItalianoDeutschNederlandsالعربيةRussePortugaisελληνικάJaponaisChinoisCoréenTurcсрпскиPolskiDanskeSuomenSvenska

La porte du coeur cosmique (la demeure de Dieu)


Blog pour promouvoir un mouvement interactif dans le cadre du travail de synthèse, présenté dans le site Pangeosis.
Le travail de synthèse est conçu pour libérer la conscience collective.Il est basé sur la connaissance et la maîtrise de l'énergie universelle.
Il concerne chaque être humain et sa capacité de répondre à cet appel (respons-h-abilité)
Il fait appel spécialement au leaders: politiques, sociaux, économiques, professionnels, scientifiques, éducatifs et sanitaires et spirituels et religieux.
Le vrai guide spirituel conduit ses hôtes jusqu'au sommet de la plus haute montagne blanche de lumière où s'ouvre la vision panoramique dans tous les sens, comme reflet de l'univers. Beaucoup de guides gardent leurs adeptes dans les refuges des limites de leur vision bien qu'elles ne sont que les marches de l'ascension vers la vision du sommet.

A consulter:

Dans le blog de l'école universelle de la vie:
2016 À la porte de la Grande Transition

01/11/2012

Le défi de l’Instructeur du Monde :

L’humanité, notre planète et son entourage sont en crise. Il s’agit surtout d’une crise provoquée par la séparation du monde matériel du monde spirituel. Elle désorganise autorité et valeurs établies et amène vers confusion entre obscurité et lumière, entre ce qui est vrai et pas vrai. L’abondance d’information renforce encore ces tendances. La vie de l’être humain moderne avec son rythme effréné, surtout celui des adolescents, en est un exemple parlant. D’un côté, ces autorités font miroiter, souvent par intérêt propre, une liberté de plus en plus égocentrique en faisant croire que le bien-être est dépendant des illusions de l’augmentation de la consommation et de la croissance économique qu’elle suppose. De l’autre côté, ces autorités se sentent obligées de retenir la responsabilité dans des règles de plus en plus compliquées. Ils bouchent les tribunaux et provoquent souvent beaucoup de stress et des situations désespérées. Elles manipulent ainsi l’être humain selon ses propres points de vue limités, souvent au nom d’un ordre supérieur, mais en fait comme excuse par manque de confiance et par peur de perdre le contrôle. Ce cycle de séparation entre obscurité à la base et la prétendue lumière du pouvoir, qui prétend tenir toutes les  solutions, touche à sa fin. Cette fin de confusion a comme conséquence de changements profonds sut tous les domaines de la vie. Ils sont attendus et souhaités par une masse de gens, de plus en plus importante et critique. En même temps le monde est en attente de quelqu’un qui puisse instruire et canaliser une nouvelle direction libératrice à ces évènements.
Le grand défi pour cet Instructeur du Monde attendu est donc d’unir ce monde divisé dans un monde meilleur, plus uni. Il doit guider la canalisation du passage d’un monde des passions et des pensées carrées, figées et exaltées, maintenues par l’ordre établi, vers un monde plus intuitif, de connaissance plus directe, plus vaste et universelle. L’espoir grandit que quelqu’un puisse ouvrir la porte d’un paradis terrestre plus concret, juste et respectueux, qui correspond au rêve qui est semé dans l’âme de chaque être humain.
Les déceptions du monde matérialiste, accentuées par l’intensification de ses crises autodestructives des temps actuels, alimentent l’espoir dans l’être humain de s’approcher de la vérité supérieure de sa nature divine. Cette vérité profonde consiste dans l’expression d’une vie plus créative, qui englobe et pénètre finalement tout par amour et sagesse. Ce rêve du paradis n’est plus compatible avec la vie actuelle de consommation matérielle et spirituelle sans limites.
Ces déceptions sont la conséquence de la soumission aveugle de la masse des gens à des règles ou d’ordres qui font preuve des limites et distorsions de la compréhension humaine de ses rêves politiques, religieuses, économiques ou autre. Le vrai rêve du paradis est plus authentique. Il amène à une vraie liberté grâce à une ouverture de la conscience pour des relations plus justes ou harmonieuses. Cette conscience aiguise dans chacun la sensibilité pour la capacité de répondre de façon plus juste aux appels de la vie pour le plus grand bien dans l’intérêt de l’ensemble de la vie.
Cette sensibilité incite l’être humain à la réalisation de relations plus justes avec soi-même, son entourage et l’autre. Ceci est le vrai rêve de la perfection sur le chemin de la Grande Vérité Divine et de la Vie Divine dans chaque être humain.
Le monde s’est imaginé un tas de conditions auxquelles cet Instructeur devrait répondre. Elles sont mélangées avec les prophéties qui avancent la vraie fin du monde, quand l’être humain montera (retournera) dans un plan supérieur ou éthérique de la maison cosmique du Père Créateur. Nous ne sommes actuellement pas à la fin du monde mais à la fin« d’un » monde ou d’un cycle dans l’évolution de l’humanité où elle doit faire un choix de sa survie. Ce premier choix de son destin, ou choix eschatologique, est un choix qui fait appel à la conscience de la totalité de l’humanité.
C’est un appel d’accepter la création des relations plus justes au-delà de tout pouvoir de domination du vieil ordre, quoi qu’en soit le fondement de cet ordre établi. Il s’agit en réalité d’un choix sur la liberté de la conscience divine et christique d’amour en chacun et le droit de l’exprimer dans sa vie en tenant compte que l’essentiel de toute liberté suppose solidarité, interactivité et harmonie. Aucune philosophie ou religion ne peut ignorer cette vérité.
Liberté ne peut être imposée. « Elle peut seulement être éveillée dans l’autre par ceux qui montrent qu'ils la vivent. » C’est à l’image de Jésus qui éveillait Lazare de la mort. Ceci symbolise aujourd’hui la maladie de l’humanité, qui ne doit pas mener à la fatalité de sa destruction. La maladie (mal-adie : ou mal de l’âme) qui anime l’humanité actuellement doit, selon le plan divin, mener à l’éveil de la conscience collective, grâce à la descente de l’Esprit du Christ, permettant un nouvel Pentecôte collectif.
Chaque individu se sentira enfin libre par l’éveil de cette conscience collective. Il pourra ainsi participer consciemment dans le développement de l’expérience et l’expression de l’état divin du Christ en lui vers des plans plus subtils ou le sens de l’éthérisation, mentionné ci-dessus. Ceux qui n’acceptent pas ce choix s’auto-excluront de cette ascension au temps du Dernier Jugement et s’exposent entretemps à la loi des forces fatales, ou dominantes, qui gouvernent « le non être conscient ».
L’Instructeur du Monde éclaire ce choix qui consiste dans l’action concrète d’unir ou de la nouvelle union du monde spirituelle avec le monde matérielle. Ce n’est donc pas un choix « exclusif » pour ou contre l’un ou l’autre monde. C’est un « choix inclusif et permanent » qui continue jusqu’au moment du second choix eschatologique ultime du Dernier Jugement où chacun se jugera l’état de sa nature divine en face de la Réalité du Christ qui apparaitra alors.
Cet Instructeur doit donc être très réaliste. Il doit avoir à la fois les pieds bien ancrés dans la terre et la réalité de la base, ou de la masse des gens et le monde de la manifestation, et à la fois être intimement connecté avec l’Esprit Universel et Unique de Vérité, dont il est le défenseur ou l’avocat (Paraclet, ou porteur des clés). En même temps il indique le chemin, ou il donne les nouveaux clés, qui amènent vers l’Esprit Universel (le Père-Mère) à travers les différents niveaux christique et bouddhiques (de l ‘éveil) de la création par lequel Celui-ci se manifeste.
Le nom de l’Instructeur du Monde fait allusion à l’Esprit de Souffle (hatma ou adem/adam) qui guide l’humanité, comme un Père, depuis ses premiers pas sur la planète jusqu’à la réalisation de sa nature divine, au-delà des dimensions terrestres de la vie.
L’instructeur focalise actuellement cet Esprit qui descend sur toute l’humanité et Le révèle à « tous ceux qui ont des yeux à voir et/ou des oreilles à entendre ». Il guide les êtres humains vers « les eaux des sources de la Vie », comme a écrit dans le livre de l’Apocalypse (7.17), pour que se réalise la nouvelle alliance de la Fraternité Universelle de Dieu avec l’homme. Il ne se présente pas comme Dieu, bien que son union avec Dieu soit unique, mais comme son serviteur et l’élève-maître aîné de chacun. Il dit alors : « Non, attention, je suis un serviteur comme toi et comme tes frères qui possèdent le témoignage de Jésus. C’est Dieu qu’il faut adorer » (Apo.19). Il ne cherche donc ni pouvoir, ni privilège, ni soumission. Il veut la libération de la volonté divine en chacun et de l’union unique de chacun avec le Principe Créateur Universel (le Père), à fin que chacun, grâce à cette union, puisse exprimer librement le potentiel (ou les talents) que son âme contient.
Ce changement de point de vue qui est difficile à accepter pour les responsables de l’ordre établi. Le pouvoir est pour eux encore toujours synonyme de supériorité d’autorité, qui légalise soumission, au lieu d’une force lumineuse pour guider leurs semblables. Cette supériorité est fondée sur des initiations et rituels d’un lointain passé, bien que d’origine de nature spirituelle. Ils ont grandement perdu leur force et leur sens juste à cause des tendances trop passionnels ou idéalistes et la division entre esprit et expressions matérielles, dont les symboles étaient le trait d’union.
Le problème du monde officiel actuel est qu’il cherche la quadrature du cercle. Ou bien il  projette spiritualité trop dans un monde transcendant d’idéaux, loin de la vie concrète, ou bien il réduit spiritualité à  des structures et règles strictes ou à la relativité des mécanismes quantiques du monde matériel. En concret, il vide le monde de la manifestation de sa substance spirituelle. De l‘autre côté, il s’imagine de pouvoir donner des valeurs spirituels au monde matériel sans y donner la force concrète de leurs sources spirituels. On crée donc des règles et des schémas, mais aussi des dogmes pour rendre, ce qui dépasse un vécu prouvé, acceptable à une conscience carrée et calculable. Le monde balance entre anticipation sur des idéaux d’un rêve, trop loin et donc irréalisables, et blocage dans des acquis du passé. Cette confusion est souvent une excuse pour imposer son autorité sans tenir compte avec la réalité plus profonde qui est plus dynamique et sans limites.
L’histoire nous montre, par exemple, comment le message du Christ, d’il y a deux mille ans, a été difficile à intégrer dans l’ordre existante. Jésus ne l’a pas seulement payé avec sa mort mais dans son entourage, même dans sa famille, le dessin divin de sa mission n’a pas pu être totalement compris et a posé des problèmes d’application avec lois en vigueur. Ceci a été l’occasion de toute sorte de disputes et de problèmes pour interpréter de façon juste les sources historiques dans le vrai cadre d’un dessein divin. Ceci  a été aussi à l’origine de meurtres, de sectes, de tabous, d’exclusions, d’obstinations, d’exagérations d’inquisition qui perdurent encore toujours.
Pour rendre ce message d’amour plus acceptable et universel, il a été versé, aussi contradictoire que ceci puisse s’avérer, dans des moulages et des structures de plus en plus dogmatiques et juridiques qui témoignent des interprétations humaines à base des convictions et des intuitions qui souvent ont été conditionnées par les besoins de renforcement du pouvoir du moment. Ne jetons pas ici la pierre sur quiconque, parce que tout le monde y a contribué de sa façon. Retournons-nous donc tous vers le sens profond du message et arrêtons cet esprit de division et d’Inquisition, qui dispute en vain sur le passé. Nous devons retourner vers l’Esprit de Vérité de la Source.
Êtres humains plus conscients admettent qu’ils sont à l’image de Dieu et donc, que leur nature soit divine. Mais si l’ordre établi continue à considérer l’être humain comme étant toujours dans le stade de la conscience d’un enfant divin, alors il est difficile de progresser dans cet image qui est souvent trop naïf, trop simpliste et incomplet, exalté et déformé. C’est la frustration du croyant actuel qui devient adolescent divin. Il ne voit pas d’autre issue que de se révolter contre l’ordre établi  ou ses parents qui croient, dur comme fer, que leur point de vue est incontournable, le seul valable et indiscutable. C’est comme tout soit déjà expérimenté, et tout déjà révélé pour une conscience encore bien limitée.
C’est une image  réversible, qu’on appelle « anamorphose spirituelle  », ou une déformation mentale, plus ou moins intelligente, spirituelle et religieuse de Dieu et son Essence. C'est-à-dire, le problème de l’intelligence humaine vient du niveau de son évolution mentale imparfaite. Son mental voit les choses à travers un horizon réduit et d’un angle réduit. Cela déforme la compréhension de sa vraie nature et du sens de sa vie et se traduit nécessairement en mystères ou l’inexplicable. Nous trouvons un exemple artistique de cette déformation dans le convent de la Trinité des Monts à Rome. Il s'agit de l'anamorphose de Saint François de Paule du peintre Emmanuel Maignan.
A la nécessité d’évoluer et de perfectionner la vision mentale de l’être humain répond une stimulation réelle de son cerveau (effet Kundalini, expression concrète de l’élévation de l’énergie vers le niveau subtil, spirituel). Le plan divin a prévu ceci cycliquement. Cette stimulation, surtout via le soleil mais aussi par le changement de la lune, s’intensifie actuellement pour que l’être humain puisse percevoir le monde du point de vue plus rationnel, géométrique, et mathématique, donc plus scientifique. Ceci doit donner à spiritualité et religion un sens plus concret et tangible qui depuis longtemps a été perdu.
Ceci signifie un grand progrès. Pourtant le piège est fixation là-dedans ou ne pas voir que le mental fait partie d’un ensemble infini, dynamique, cyclique et évolutif qui contraint les structures et les schémas établis de changer en continu. Cet ensemble fait partie d’une réalité infini et divine qui s’étale sur plusieurs niveaux ou marches sur l’échelle de la manifestation. L’être humain, à conscience limité, n’en voit plus ou moins clairement qu’une seule marche, la vie terrestre. Les autres marches il n’aperçoit que parfois vaguement et au fur et à mesure qu’il arrive à respecter la première marche de la vie terrestre.
Si on se demande de quoi le monde actuel a vraiment besoin, c’est sans doute d’une vision spirituelle plus cohérente de la vie dans laquelle les particularités de chacun reçoivent leur juste valeur. Au lieu d’être basées sur pouvoir, notoriété, argent, couleur ou conviction, les valeurs justes sont toujours en relation avec des expressions authentiques d’harmonie dans l’ensemble. Harmonie est à son tour expression d’amour et de sagesse. On ne peut pas autrement imaginer comment l’humanité entière puisse trouver l’unité nécessaire qui garantit une paix durable qui assouvira sa faim et sa soif vers un monde meilleur.
Ceci vaut pour tous les domaines de la vie : la politique, la vie sociale, l’économie, la vie professionnelle et artistique, la science, la santé physique, émotionnelle, mental et spirituelle et la vie spirituelle et religieuse. C’est un vrai défi pour l’ordre établi et leurs responsables. Ils fonctionnent quasi tous selon le principe de l’exclusivité du pouvoir, ou encore, de la majorité. C'est-à-dire, ils ont tendance à éliminer ce qu’ils ressentent comme une menace pour leurs systèmes, convictions ou foi. Pourtant, tous proclament la tolérance !
La mission de l’Instructeur du monde n’est pas de juger, dans le sens de condamner, ni de sanctionner le monde établi, mais d’unir au-delà de toute division dans une vision holistique qui transgresse toutes les références vers des valeurs établies. Cette vision se concrétise dans le travail de synthèse. Il désigne « l’unité dans la diversité selon le niveau de service » que cette diversité rend à l’harmonie de l’ensemble. C’est un travail et une vision qui reconnaissent les différences mais qui voient aussi  le service qu’elles rendent ou peuvent rendre quand ils reçoivent leur juste valeur pour plus grand bien de tous dans l’ensemble. Logiquement il s’en suit un travail d’harmonisation.Pourtant l’Instructeur ne fera aucun travail ou action à la place des autres, s'ils sont capables de le faire. Ceci enlèverait de la force à leur volonté et bloquerait leur processus de transformation.
Le refus de changer, de s’harmoniser et d’accepter une vision plus globale est souvent basé sur l’incapacité, de voir la réalité de la vie en face en relation avec la volonté du plan divin pour l’humanité. Cette volonté est trop souvent interprété selon une compréhension limitée et personnelle de maîtres et responsables pour les raisons mentionnées déjà ci-dessus, mais aussi pour éviter d’être confrontés avec ses propres erreurs. L’Instructeur du Monde  a comme mission d’éclairer la volonté du plan divin envers cette incompréhension comme la Grand Invocation évoque. C’est sans importance si l’ordre établi soit d’accord ou pas avec cela comme à l’époque de Jésus. Sa mission a comme finalité de proposer un nouvel ordre plus dynamique dans lequel des relations plus justes soient possibles et dans lequel  la responsabilité de l’individu vient en harmonie avec la responsabilité collective des autorités.
Sa méthode est donc le travail de synthèse (du grec suntesis- σ υ ́ ν θ ε σ ι ς) ou l’action de réunir ou de regrouper en invitant les êtres humains de « se mettre ensemble pour faire des expériences de vie ensemble » dans des actes concrets. Ceci est crucial dans les crises des changements planétaires et cosmiques actuels qui précèdent au processus d’éthérisation. La survie de l’humanité ne soit garantie qu’en créant des relations plus justes qui invitent à partager, convivre, coopérer et communiquer dans un esprit de solidarité par amour et sagesse. Ce sont les 4 techniques concrètes de base de la science de synthèse (syntonie, synchronie, synergie et synopsis).
Le travail de synthèse est en réalité un processus d’apprentissage concret d’interactivité entre tous les niveaux d’organisation de la vie de l’humanité. C’est un travail d’écoute, d’ouverture, d’ajustement et d’instruction mutuelle pour redécouvrir les vraies valeurs des sources de vie. Tout le monde les réclame pour soi, même à haute voix dans des réunions et des conférences, mais peu nombreux sont ceux qui les pratiquent, ni dans le monde matériel, ni dans le monde spirituel. Leur spiritualité est dans trop de paroles, trop de principes et trop de règles qui restent dans l’air parce que la vraie spiritualité est directe et s’exprime surtout à travers des actes directes. Des vraies valeurs, « exprimées » dans des actes énergétiquement concrets, qui font référence, comme des valeurs constructives, à l’harmonie de l’ensemble, doivent remplacer les constructions matérielles et spirituelles actuelles de la tour de Babel. Les humains se sont imaginé ces constructions aveuglantes par leur incursion dans le monde de la séparation entre esprit et matière depuis environs douze mil ans.
Ceci est le défi, l’espoir et la mission que l’Instructeur du Monde apporte comme Lumière au monde pour sa transformation jusque dans le cœur de chaque être humain. Par cette transformation de la façon de penser le cœur et la tête ne seront plus des ennemis, ce qui enfermera la porte du mal.

Aucun commentaire:

Le chemin vers le Père-Mère de la Grande Vie

L'homme, en pensant des choses mondaines, prend un penchant pour elles

L'être spirituel, en pensant des choses célestes, dépasse les limites de ses sens humains pour entrer dans sa nature divine

Du penchant de l'homme naît l'attachement

De la libération de l'être humain divin naît le détachement envers les passions dans relations humaines

De l'attachement naît l'avidité

Des relations justes avec soi-même, les autres et l'environnement naît la tolérance

De l’avidité naît la colère

De la tolérance naît la paix interne et externe

De la colère, producteur de déception, naît l'angoisse

De la paix, producteur de satisfaction, naît la joie et d’elle sa mère : notre ascension spirituelle

La dépression confond la mémoire, en détruisant la raison

L’ascension spirituelle clarifie notre mémoire au-dessus de la mort, en nous instruisant dans la synthèse de tous les talents dans le Principe d'union de notre Père Divin : la extra-lucidité d'entendre, de sentir, de voir, de choisir et de discerner. Ils sont les bases de la création et de notre créativité.

Ils unissent nos petits esprits avec l'entendement de l'immense amour qui encourage notre cœur avec la lumière de l’Esprit-Mère de toute sagesse du Père. En maintenant cette lumière focalisée, notre âme s'élève vers le Principe Père-Mère Créateur pour nous réveiller dans Leur Lumière de Christ-Bouddha, qui fait de nous des fils et des filles, des manifestations d'expériences vives de cette triple union divine comme, frères et frères divins.


Que chaque être humain puisse passer par l'arche de la nouvelle alliance,
expression du nouveau paradigme de la fraternité universelle.
Il se réalise à travers la manifestation de la convivience:
ou des relations justes avec soi-même, l'environnement et l'autre
variflexionnées (mises en valeur) selon les cycles de la vie
avec compassion et pardon
par lesquels tout se présente comme don et service interactif de la vie

Ouverture fache cachée de la lune

Ouverture fache cachée de la lune
rupture du cratère Aitken

vision de la désintégration de la lune

vision de la désintégration de la lune

Rupture de la lune, vision terrestre

Rupture de la lune, vision terrestre
nuage de cendres visble dans l'avenir

Les 10 dimensions de l'univers

Les 10 dimensions de l'univers
représentation scientifique de la coupe du Graal avec les lignes qui forment les cordes de synthèse ou la fusion interactive de toute création

L'étoile de Pâques

A voir sur le blog de l'école universelle de la vie:

La révélation de l'étoile de Pâques