translation

EnglishespañolItalianoDeutschNederlandsالعربيةRussePortugaisελληνικάJaponaisChinoisCoréenTurcсрпскиPolskiDanskeSuomenSvenska

La porte du coeur cosmique (la demeure de Dieu)


Blog pour promouvoir un mouvement interactif dans le cadre du travail de synthèse, présenté dans le site Pangeosis.
Le travail de synthèse est conçu pour libérer la conscience collective.Il est basé sur la connaissance et la maîtrise de l'énergie universelle.
Il concerne chaque être humain et sa capacité de répondre à cet appel (respons-h-abilité)
Il fait appel spécialement au leaders: politiques, sociaux, économiques, professionnels, scientifiques, éducatifs et sanitaires et spirituels et religieux.
Le vrai guide spirituel conduit ses hôtes jusqu'au sommet de la plus haute montagne blanche de lumière où s'ouvre la vision panoramique dans tous les sens, comme reflet de l'univers. Beaucoup de guides gardent leurs adeptes dans les refuges des limites de leur vision bien qu'elles ne sont que les marches de l'ascension vers la vision du sommet.

A consulter:

Dans le blog de l'école universelle de la vie:
2016 À la porte de la Grande Transition

29/01/2013

La voie de la cohérence partie 1

Les règles des guides et des serviteurs du monde:

Voici les 7 niveaux vers la cohérence qui se suivent comme les différentes enveloppes de notre corps. Nous avons déduit de ces niveaux 7 règles de conduite vers la cohérence. C’est une élaboration de ce qui a été traité partiellement à l’occasion des dernières conférences le mois de janvier 2013 en Espagne (Pais Basque et Catalogne). Nous y avons ajouté les idées pour la formation des nouveaux guides de l’humanité que nous avons comme projet.

Ces 7 niveaux ont une relation avec les 7 centres (lampes) d’énergie dans notre corps avec lesquels sont reliées 7 sphères ou enveloppes énergétiques de nature vibratoire différente.

Les 4 premiers niveaux concernent notre comportement le plus concret et direct et expriment à quel niveau nous sommes capables à réaliser notre cohérence au niveau de la matière (et de notre corps) que nous manipulons (niveau 1, coccyx, assise, connaissances et manipulation des énergies), de la sensibilité que nous avons envers les changements des conditions de vie dans le temps (niveau 2, sacrum, attraction, répulsion, passions et retenus ou peurs), la force d’intelligence que nous sommes capables d’exprimer (niveau 3, plexus nerveux, structuration mentale des informations) et enfin du sens ou d’intelligente de structuration que nous avons pour unir toutes ces capacités dans un accord d’harmonie (niveau 4, cœur, vision spirituel).
Le quatrième niveau est en fait le premier niveau de la cohérence spirituelle. C’est l’intermédiaire ou le médiateur d’union entre les 3 niveaux supérieurs et les 3 niveaux inférieurs.
Les 3 niveaux supérieurs sont plus abstraits et universels et donnent aux 3 premiers niveaux des valeurs plus universelles. Ce sont respectivement : le niveau 5 du causal (gorge), le niveau 6 de l’effectif ou relationnel (centre tête) et le niveau 7 du divin ou créatif de la cohérence globale (centre coronal). Il y a une relation très significative entre les paires opposées des niveaux 1(coccyx dans notre corps) et 7 (coronal de la tête), 2 (sacrum) et 6 (centre intérieur de la tête) et 3 (plexus) et 5 (gorge) par l’intermédiaire du niveau 4 (le cœur dans notre corps). Leurs règles de cohérence sont complémentaires.  Dans le niveau 7, aussi appelé « atmique », tous les autres niveaux convergent. Selon leur union en conscience, ils fusionnent avec le niveau (8) absolu et infini de l’âme, pour recevoir d’avantage le souffle (atma –adem/adam) de la vie.

Note : Ces relations de paires opposées ou complémentaires forment 3 fois le chiffre 8 (ou le symbole du mouvement trinitaire de la perfection sans fin). A leur tour, elles forment ensemble avec l’intermédiaire du niveau 4, l’aspect multidimensionnelle du nombre 12e (ou les 4 niveaux vivants dans leur triple manifestation à travers 12 archétypes de conscience ou familles de conscience). En même temps l’accomplissement de l’union des 3 fois 8 au 24 indique l’union entre corps (terre) et esprit (ciel) autour du 4, le cœur (soleil ou esprit) central qui est la manifestation matérielle de l’âme sous forme d’un superatome. 

1.      Le premier niveau correspond à la dimension espace
avec ses formes matérielles plus ou moins denses, tel notre corps physique.
Etre cohérent à ce niveau dépend de la façon que nous soyons capables d’exprimer « la bonté », c’est : donner ce que la vie nous donne.
Tout ce que nous recevons nous est donné dans une même espace de l’univers, selon notre place de service que nous pouvons y rendre.
Le partage ou le compartir selon nos possibilités de service est la condition de l’abondance qui n’existe réellement que sur le plan collectif. Accumuler pour soi est retirer des éléments des circuits de la vie, ce qui est vital à son évolution. Cela conduit à l’épuisement des ressources et à un blocage ou séparation avec « les  eaux des sources de vie ».
Cela nous donne la règle de base de la cohérence :
 « je partage ce que je reçois, selon mon potentiel et besoins essentiels »

Au niveau du leadership :
« je fais ce que les autres ne puissent pas faire,
mais je ne fais pas ce qu’ils puissent faire »
La première responsabilité du leader est d’indiquer aux autres les moyens et les  sources pour qu’ils puissent se servir du potentiel qu’ils ont reçu à fin de remédier à leurs besoins. Ce n’est pas prendre la place des autres et créer ainsi inégalités, dépendances, monopoles et privilèges ou surcharge qui écrase.
Il porte selon son potentiel, seulement les charges que les autres ne peuvent pas porter. Le premier rôle du leader est de rendre les relations plus équitables en respectant et indiquant le potentiel de chacun. La stabilité d’un pouvoir ne dépend pas de sa domination mais de la participation de tous. C’est le secret de l’énergie de l’univers et de son Créateur.
Le but du leader n’est pas de gagner en influence, de popularité ou de pouvoir mais d’être celui qui montre les possibilités et les relations ou les liens qui manquent et qui causent ainsi des problèmes. Poser un problème dans son juste contexte le fait disparaître. (syntonie est : mettre sur le juste niveau vibratoire de l’ensemble).
Un leader est : « un gentilhomme qui attire toujours l’attention sur la bonté chez les autres, mais ne fait jamais de publicité sur leurs fautes. » (Confucius)

2.        Le second niveau correspond à la dimension temps
ou la transition des conditions de vie qui se présentent successivement et que nous ressentons à travers les émotions, perçues selon notre sensibilité.
Le changement des conditions de la vie sont l’effet des attractions et répulsions de l’énergie de l’univers que nous influençons mutuellement selon notre comportement. Nous sommes encore bien ignorants à ce sujet.
Etre cohérent à ce niveau dépend de la façon que nous soyons capables d’exprimer « la beauté de la douceur de la vie» malgré les changements dans notre entourage,
c’est : rassurer et se sentir protégé dans toutes les circonstances.
Cette douceur dépend directement de la maîtrise de nos sentiments primaires et automatiques comme l’attraction, la répulsion, la passion et la peur. La maîtrise de soi suppose une autodiscipline pour canaliser les forces aveugles, que nous percevons et qui nous envahissent, vers leur libération. C’est comme canaliser une rivière avec ses crues et sécheresses.
Canaliser ses émotions est créer les conditions favorables pour qu’elles puissent être exprimées librement dans le respect de l’autre. C’est créer un entourage de sécurité pour soi comme pour les autres.
La libre expression respectueuse suppose  donc un travail de non-exclusion, de flexibilité et d’ouverture de la sensibilité mutuelle. Ce sont les conditions d’une situation de sécurité. Elle attire à son tour des coïncidences heureuses ou lieu des fatalités qui causent des victimes, de la violence, des malentendus et des conflits.
La maîtrise suppose en concret la convivialité qui repose sur les attitudes de pardon et de compassion à fin de pouvoir corriger et libérer en continu les comportements aveugles et les erreurs.
Cela nous donne la deuxième règle, celle de l’assurance :
« J’exprime ce que je ressens selon mon intuition, autant que possible au-delà de mes émotions automatiques »

Au niveau du leadership :

 « je protège les faibles en les aidant à trouver leur assurance et confiance en soi,       
pendant que je mets les forts devant les conséquences de leurs actes 
à fin qu’ils les corrigent»
Le rôle du leader n’est pas de figer l’ordre établi et de maintenir simplement les traditions mais de les faire évoluer vers plus de beauté, de liberté ou de facilité d’expression. Le strict maintien du passé fait perdre son sens puisque le sens de la vie évolue constamment.
La répression systématique et le contrôle strict de tout (danger de l’état de droit) sont les deux ennemies de l’évolution humaine. Ceci implique que lutter « contre et pour » provoque toujours plus de résistance. Le seul moyen d’une libération durable est de montrer et d’élaborer un ordre supérieur de relations plus intenses, ouvertes et justes.
Cet ordre supérieur, plus sure et libre, n’est pas possible sans indiquer des relations plus transparentes entre les valeurs du monde matériel et celles du monde spirituel dans lequel nous vivons. Les ambiguïtés conduisent toujours à des erreurs, des abus de pouvoir, des manipulations des faibles et finalement à des conflits de sentiments et de raison.
Le point de rencontre intermédiaire ou neutre entre eux devrait s’exprimer par la notion de la laïcité. Pourtant le mot est assez chargé puisqu’il oppose d’origine le laïc ou peuple aux instituts du clergé pour devenir le garant de la liberté de la pensée.
Enfin, la laïcité devrait servir à donner la possibilité à éclairer les relations, valeurs et imperfections qui existent entre le monde matériel et spirituel. Pourtant, si la laïcité devient un objectif en soi, elle cesse d’être libre ou neutre et garant de la liberté en favorisant l’un (monde matériel) ou l’autre (monde spirituel) ou en paralysant tout. En perdant son sens d’intermédiaire, elle ne peut que renforcer les tensions et les luttes des pouvoirs de l’ombre avec celles de la lumière.
Le guide sera donc aussi médiateur entre les forces que les conditions de vie opposent entre elles (synchronie est : mettre dans le juste milieu vibratoire de l’ensemble).
Un leader est : « un gentilhomme qui n’a ni chagrin, ni peur. » (Confucius)

3.        Le troisième niveau correspond à la dimension de la force
La force est l’intensité par laquelle les énergies se manifestent, en nous transmettant la lumière d’informations intelligentes. La force signifie pour notre compréhension : lumière.
Etre cohérent à ce niveau dépend de la façon que nous soyons capables d’ « œuvrer pour la paix », c’est : collaborer au plus grand bien ou le respect de tous.
Il n’y a pas de paix durable possible si tous les éléments d’un ensemble ne servent, chacun selon ses possibilités, l’union de cet ensemble. L’union fait la force. C’est aussi la raison de la santé dans notre corps. Il n’y a pas d’union sans la reconnaître. Ceci demande un engagement fraternel de chaque élément envers l’ordre de l’ensemble. Le mot « fraternel » évoque la modération pour venir à un niveau d’égalité et de liberté de service en toute franchise ou sincérité.
Note : La signification des sons du mot fraternité indique selon le codex du plan sacré du Livre de la Vie : un état d’un ensemble de niveaux de vies qui passent par la terre, dont la Fra-nce (franèchise) avec l'Espagne (espoir) représentent un rôle de cœur potentiel pour l’humanité. Cela suppose d'arriver à une interactivité  « franc ou honnête ».
Cet engagement demande une action concrète de collaboration constante pour créer un ordre qui sert toujours mieux le plus grand bien pour tous.

Cela nous donne la troisième règle, celle de l’intensité:
« Je fais ce que je dis pour le plus grand bien de tous, au-delà de ma vision egocentrique »
Au niveau du leadership :

« je m’engage pour le plus grand bien de tous en modérant et alignant les forces       
à fin qu’elles puissent s’unir fraternellement»
Le rôle du guide est de répandre la lumière qui fait comprendre les forces qui conduisent à la paix ou l’ordre plus parfait. Il doit en permanence faire l’effort d’ouvrir sa vision personnelle à la vision des autres et de les aligner ou corriger entre eux (synergie est : aligner ou modérer les forces à fin qu’ils peuvent contribuer selon leur juste valeur à l’ensemble)
Une vision trop personnelle à horizon limité, egocentrique ou excentrique ne peut avoir force d’endurance. Son imposition conduit toujours et fatalement à la division des forces. L’histoire le prouve par répétition à travers ses guerres et conflits de toute nature. Par contre, dans une vision large, le plus grand nombre devrait se retrouver et être garant d’un alignement et union des forces.
Le guide sera donc aussi éclaireur ou éducateur. Son rôle est de montrer aussi clairement que possible les processus qui mènent à la paix, ou à l’union dans laquelle le plus grand nombre possible se sent inclus. Il sera en plus, en continu alerte au fait que les forces ne se dispersent ou soient déviées ou manipulées par des tendances egocentriques ou des sentiments incontrôlés.
Un leader est : « un gentilhomme qui n’entre jamais en compétition avec les autres. »
(Confucius)  

4.      Le quatrième niveau correspond à la dimension de l’accord
Elle unit les trois dimensions précédentes et forme lui-même un niveau supérieur, ce qui nous échappe encore en général. Pourtant, l’accord s’exprime à travers tout ce qui est expression d’harmonie ou de ce qui coïncide. En plus, à travers l’harmonie se révèle le « sens de la vie ».
Etre cohérent à ce niveau dépend de la façon que nous exprimons notre « solidarité » avec  tout et tous, c’est : « communiquer dans un esprit de solidarité»
Il n’y a pas d’accord possible sans qu’il ait communication. A son tour, il n’y a pas de véritable communication sans solidarité. La solidarité suppose d’abandonner sa solitude ou séparation à fin qu’il puisse se faire une rencontre pour former une vision plus globale ou holistique. Sans confrontation solidaire il n’y a pas de communication.
Cela nous donne la quatrième règle celle de l’accord, unissant les trois précédentes :
« Je fais ce que je pense pour faciliter la solidarité entre tous et tout »
Au niveau du leadership :
« je communique pour augmenter l’accord de solidarité entre tous et tout »
Le rôle du leader est de créer plus de solidarité dans la façon de voir l’ensemble. Il doit donc promouvoir l’interactivité entre chaque élément de la collectivité.
Cela suppose que le vrai guide est un disciple de le sagesse de tous. Sa maîtrise est de rendre cette sagesse interactive. L’intensification de l’interactivité permet la familiarisation et l’intégration des éléments jusque-là inconnues, étranges ou pas expérimentés ou qui n’ont pas trouvés d’accord.
En effet, le mental ne peut gérer des nouvelles informations sans les reconnaître. Il a besoin ou bien d’une confrontation ou expérience directe ou bien des confrontations répétées, plus ou moins longues et intenses. Pour chaque cas et personne c’est différent. Nous retenons de la pratique que c’est seulement par la reconnaissance que les accords deviennent possibles.
Note : Le mental concret fonctionne comme un logiciel de contrôle. Il n’accepte que les données (informations) reconnues par les concepts de conscience que nous avons figés dans l’interprétation de certaines idées, colorées ou décolorées par notre sensibilité. Tout changement demande donc une adaptation de  conscience ou une mise à jour de nos concepts (logiciel de notre mental). C’est difficile quand on a perdu la pureté émotionnelle et la souplesse mentale d’un enfant.  
Le travail du leader est donc aussi supramental, au-delà du mental conceptuel établi. Il confrontera son entourage avec des concepts supérieurs, plus globaux ou holistiques qui rompent les schémas jusque-là reconnus comme les seuls valables. Il élargit donc les valeurs établies en les donnant un sens plus universel dans lequel un plus grand nombre peut se reconnaître. Son travail est donc de former une vision convergeante ou holistique dans la collectivité qui l’entoure. (sinopsis est : mettre les différentes visions ensemble pour obtenir une vision globale avec ses conséquences).

Aucun commentaire:

Le chemin vers le Père-Mère de la Grande Vie

L'homme, en pensant des choses mondaines, prend un penchant pour elles

L'être spirituel, en pensant des choses célestes, dépasse les limites de ses sens humains pour entrer dans sa nature divine

Du penchant de l'homme naît l'attachement

De la libération de l'être humain divin naît le détachement envers les passions dans relations humaines

De l'attachement naît l'avidité

Des relations justes avec soi-même, les autres et l'environnement naît la tolérance

De l’avidité naît la colère

De la tolérance naît la paix interne et externe

De la colère, producteur de déception, naît l'angoisse

De la paix, producteur de satisfaction, naît la joie et d’elle sa mère : notre ascension spirituelle

La dépression confond la mémoire, en détruisant la raison

L’ascension spirituelle clarifie notre mémoire au-dessus de la mort, en nous instruisant dans la synthèse de tous les talents dans le Principe d'union de notre Père Divin : la extra-lucidité d'entendre, de sentir, de voir, de choisir et de discerner. Ils sont les bases de la création et de notre créativité.

Ils unissent nos petits esprits avec l'entendement de l'immense amour qui encourage notre cœur avec la lumière de l’Esprit-Mère de toute sagesse du Père. En maintenant cette lumière focalisée, notre âme s'élève vers le Principe Père-Mère Créateur pour nous réveiller dans Leur Lumière de Christ-Bouddha, qui fait de nous des fils et des filles, des manifestations d'expériences vives de cette triple union divine comme, frères et frères divins.


Que chaque être humain puisse passer par l'arche de la nouvelle alliance,
expression du nouveau paradigme de la fraternité universelle.
Il se réalise à travers la manifestation de la convivience:
ou des relations justes avec soi-même, l'environnement et l'autre
variflexionnées (mises en valeur) selon les cycles de la vie
avec compassion et pardon
par lesquels tout se présente comme don et service interactif de la vie

Ouverture fache cachée de la lune

Ouverture fache cachée de la lune
rupture du cratère Aitken

vision de la désintégration de la lune

vision de la désintégration de la lune

Rupture de la lune, vision terrestre

Rupture de la lune, vision terrestre
nuage de cendres visble dans l'avenir

Les 10 dimensions de l'univers

Les 10 dimensions de l'univers
représentation scientifique de la coupe du Graal avec les lignes qui forment les cordes de synthèse ou la fusion interactive de toute création

L'étoile de Pâques

A voir sur le blog de l'école universelle de la vie:

La révélation de l'étoile de Pâques